mardi 30 juin 2015

L'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours !

Ne soyez pas surpris si vous vous baladez au Parc Forillon www.pc.gc.ca/fra/pn-np/qc/forillon/index.aspx et que vous voyez surgir près de vous, un homme avec caméra au poing. C'est Harold Arsenault.

Harold est un cinéaste animalier, gaspésien de souche. Présentement, il fait un court métrage sur l'ours noir, ce sympathique habitant du parc. Oui je dis bien sympathique car les ours noirs du parc ont un tempérament calme et tempéré. Si vo
s l'attaquez, bien sûr il va se défendre car ça reste un animal sauvage mais habituellement, il ne bouge pas de sa talle et continue à brouter malgré vos cris, vos claquements, vos sifflets et vos clochettes. Quand il sera rassasié, il partira mais là le sentier lui appartient. À cette période de l'année, il n'est pas rare de croiser dnas les champs de Forillon ou au détour des sentiers maman ourse accompagnée de ses 2 oursons.



Mais revenons à Harold, c'est tout un bonhomme. Son premier film sous-marin a été diffusé à plusieurs reprises à la télé. Ceux et celles qui ont vu "La vie cachée du St-Laurentont immédiatement été séduits par la beauté des prises de vue sous-marines tournées dans les eaux gaspésiennes. Ce film s'était mérité le prix Gémeaux de la meilleure émission documentaire et avait attiré l'attention au Festival Mondial de l'image Sous-marine d'Antibes en 1988.

Mais qui est donc ce jeune cinéaste québécois? Harold est né à Gaspé et y a fait toutes ces études jusqu'au niveau collégial. Certifié plongeur en 1984, n'ayant que 6 heures d'expérience en plongée et aucune en cinéma, il est engagé par la Société de production sous-marine dont son père était le propriétaire, pour le tournage de "La vie cachée du St-Laurent".

Harold n'a cessé de s'intéresser à la cinématographie que ce soit sous-marine ou terrestre. Il a été entre autres assistant de production sur le long métrage "Les fous de Bassan" (1986), stagiaire à la caméra sur le long métrage "Marie s'en va t'en ville" (1986), cameraman sur le court métrage "L'homme qui a vu l'ours" (1987). En 1988, il devient propriétaire de la Société de Production Sous-marine appartenant auparavant à son père. Puis l'année '89 a été bien remplie: des tournages de prises de vues sous-marines dans la Série chasse et pêche, "Sport O'Keefe" et comme assistant-cameraman sur le film "Cargo" et j'en passe. Il a tourné "HOMARUS AMERICANUS"en 1989 qui lui a valu la Palme d'or, le Prix de la ville d'Antibes, le prix du Ministère de la culture et des communications au 16ème festival mondial de l'Image Sous-marine d'Antibes Juan-les-Pins.

Plusieurs autres films ponctuent sa carrière de réalisateur indépendant tels " Né pour la mer", "Anticosti", "Le renard articque", "Sur les traces de l'hiver", "Les citadelles ailées de l'Arctique", "Les Dauphins nés pour la mer", "Des oiseaux pour la mer" et "L'amour au pays des orignaux". Son plus récent "La dernière harde" traite du dernier troupeau de caribou des bois habitant les hauts plateaux des Chics Chocs en Gaspésie dont vous trouverez  le lien ci-joint. Bon visionnement.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire